Cette publication a été publiée à l'origine sur ce site

L’entreprise liégeoise Carat Duchatelet spécialisée dans le blindage et l’aménagement de voitures de prestige semble avoir sorti la tête de l’eau après quelques années difficiles. Visite guidée.

C’est dans un bureau tout de blanc vêtu que nous reçoit Benoît Ceulemans, l’un des dirigeants de Carat. Une pièce spacieuse pour commencer notre entretien, autour d’une table de réunion – blanche, également. En tournant la tête à droite, on aperçoit le large bureau de l’homme, sur lequel trône un grand écran d’ordinateur – blanc, lui aussi. Dans cette pièce si calme, qui pourrait croire que seulement quelques mètres plus loin, de l’autre côté du couloir, des ouvriers s’affairent à désosser et remonter des voitures ?

Lorsqu’on lui rappelle la raison de notre présence, M. Ceulemans esquisse un sourire : il semble réjoui de voir que l’on s’intéresse à cette entreprise liégeoise, fleuron de l’industrie belge. « Les gens nous connaissent souvent. Mais ils ne savent pas toujours ce que nous faisons, en réalité« , explique-t-il. Son entreprise est pourtant l’une des rares spécialisées dans l’aménagement et le blindage de véhicules prestigieux pour une clientèle qui l’est tout autant. Seules quelques entreprises à travers le monde peuvent en dire de même.

« Always Unique »