Cette publication a été publiée à l'origine sur ce site


L’utilisation fréquente du désinfectant peut entraîner de graves irritations des mains. Petits conseils pour en prendre bien soin.

Depuis l’éclatement de la crise sanitaire, il y a un an, le gel hydroalcoolique est devenu l’un de nos meilleurs alliés, avec le masque. A la maison ou en déplacements (du moins pour ceux qu’il reste), une petite ou une grande bouteille du désinfectant est toujours à portée de main, et cela pour éviter tout risque de contagion. Si au départ, un temps de familiarisation avec le produit a été nécessaire, aujourd’hui, nombreux sont ceux à s’arroser les mains, machinalement, à plusieurs moments de la journée.

Cette sur-utilisation, ô combien nécessaire pour combattre le méchant virus, laisse toutefois des victimes derrière lui: nos mains abîmées par la grande quantité d’alcool absorbée pendant plus d’un an. « Les gels hydro-alcoolique sont composés d’une grande quantité d’alcool, nécessaire pour leur fonction de désinfection. Cependant ces alcools sont connus pour leurs propriétés irritantes lorsqu’ils sont appliqué de manière répétée sur la peau« , explique le Dr. Anne Herman, dermatologue aux Cliniques Universitaires Saint-Luc. « La barrière cutanée qui est recouverte d’un film lipidique et d’un microbiome, c’est-à-dire un film de bactéries, nous protège habituellement des aggressions de l’environnement. Suite à l’application de gel hydroalcoolique, cette barrière est altéré et agressé provoquant des dermites d’irritation.« 

Leurs conséquences se lisent sur nos mains. « Elles sont le siège de démangeaisons intense accompagnés de placards secs, rouges craquelés, se limitant le plus souvent au dos des mains avec une démarcation nette avec la paume qui reste souvent indemne« , continue la spécialiste.